Est-ce normal d’avoir des fantasmes ? Puis-je jouer mes fantasmes avec mon/ma partenaire ? Les fantasmes sont-ils réalisables ? La perversion soft et ludique !

R: « La réalisation des fantasmes en couple correspond à une certaine forme de liberté et d'érotisme. C’est un critère de bonne santé, mais à une condition : respecter la liberté de l'autre et l'accession à un plaisir partagé. » (Marine Dietrich). La sexualité et le désir ont besoin d'être agrémentés de mystères, de jeux et d'interdits à transgresser.

Les fantasmes en quelques chiffres, enquête réalisée en 2010 par l’Ordre National des Sexologues :
- Rapports avec un(e) autre partenaire ? Hommes : 68 % et Femmes : 70 %
- Vous imaginez-vous parfois dans le rôle du voyeur ? Hommes : 69 % et Femmes : 39 %
- Ou au contraire, dans la peau d’un exhibitionniste ? Hommes : 19 % et Femmes : 52 %

Quelques chiffres intéressants de l'enquête portant sur 1280 femmes :
- 62 % ont des fantasmes de prostitution
- 55 % fantasment sur des rapports sexuels imposés (1/3 fantasment un viol élaboré sous forme de jeu non violent)
- 53 % fantasment d'être exhibées en public

Dans l’article vers lequel nous vous renvoyons vous comprendrez beaucoup plus de choses sur tous les fantasmes : Les fantasmes de l’oralité visent à posséder l’autre. Les fantasmes de l’analité engendrent les relations sadomasochistes et de domination/soumission. Les fantasmes de la phase Œdipienne se matérialisent dans le voyeurisme, l’exhibitionnisme, les rapports extraconjugaux, le fétichisme, le triolisme, l’échangisme, le mélangisme, la prostitution...

Cliquez-içi pour lire l’article sur les fantasmes.